culture-indoor

N’importe qui peut cultiver du cannabis en intérieur avec de l’équipement de base et un peu de savoir-faire.
Il y a deux grands mythes sur la culture du cannabis en intérieur : le premier est qu’il est vraiment facile de cultiver de la marijuana à l’intérieur.
Le deuxième est que c’est vraiment difficile… Il est vrai que pratiquement n’importe qui peut cultiver de l’herbe à l’intérieur, mais cela demande un peu d’effort et de planification. Voici comment bien commencer.

1- Choisissez un espace tranquille pour cultiver votre cannabis

Choisissez une pièce ou un placard isolé avec un faible passage, à l’abri des regards.
Même si vous vivez dans en endroit où vous pouvez cultiver en toute légalité, gardez à l’esprit que moins il y a de personnes qui savent, mieux c’est.

Il y a quelques considérations à garder à l’esprit lors de la sélection d’un espace de culture intérieure.
Les deux facteurs les plus importants sont la circulation de l’air et la hauteur verticale.

Vous aurez besoin d’une bonne circulation d’air car, comme vous, une plante en pot a besoin d’air frais pour respirer. Si vous gardez vos plants enfermés dans un placard moisi avec une mauvaise ventilation, sa croissance va être sévèrement limitée.
Même avec un éclairage adéquat, de l’eau, et des nutriments, la plante ne sera pas dans de bonnes conditions sans un volume d’air frais adapté.

C’est pourquoi les ventilateurs sont toujours impératifs dans un espace de culture intérieure.
Un ou plusieurs ventilateurs intelligemment placés peuvent assurer à vos plantes une grande quantité d’air frais pour respirer.

La hauteur verticale est un peu plus négociable, mais reste un facteur important lorsque vous cultivez du cannabis en intérieur.
Vous aurez besoin de suffisamment d’espace verticalement pour que la plante se développe végétativement.
Le stade végétatif de la croissance détermine la taille d’une plante lorsqu’elle fleurit.
Les plantes plus grandes offrent généralement de meilleurs rendements.

Ne désespérez pas si votre espace vertical est limité, cependant en cultivant, en taillant et en s’entraînant avec soin, vous pouvez faire pousser de l’herbe à l’intérieur, même avec seulement quelques mètres d’espace vertical.

2- Choisissez une lumière adaptée pour la croissance

Il existe de nombreuses options quand il s’agit d’éclairage lorsque vous cultivez du cannabis en intérieur.
Les principaux types de lampes de culture sont le sodium haute pression (HPS), les halogénures métalliques (MH), les diodes électroluminescentes (LED) et les lampes fluorescentes compactes (CFL).

Les espaces plus petits, en particulier ceux où la circulation d’air est un facteur, peuvent rapidement devenir trop chauds avec la présence d’une mauvaise lumière de croissance.
Cela signifie que si vous avez un espace très limité, vous voudrez peut-être éviter les éclairages de haute intensité tels que HPS et MH. Pour garder la température de la chambre de culture sous contrôle, pensez à l’éclairage LED ou CFL, car ceux-ci fonctionnent parfaitement, consomment moins et chauffent moins par rapport aux autres systèmes.

Si la consommation d’énergie est un problème, les LED sont le meilleur choix. Ils nécessitent moins d’électricité que les autres types d’éclairage. Cependant, lorsque le coût initial est un facteur, de nombreux débutants choisissent l’éclairage CFL, car il est moins cher que le LED.

3- Déterminez votre mode de culture

Il existe plusieurs façons pour cultiver vos plants de cannabis. Votre choix aura un impact sur la façon dont vous devez prendre soin de vos plantes. Les trois principaux choix sont le sol (la terre ou terreau); la fibre de coco et l’hydroponie.

La plupart des débutants commencent avec le sol, en raison de sa simplicité.
Vous aurez besoin d’un terreau de haute qualité. Si vous connaissez des producteurs expérimentés, demandez-leur leurs recommandations en matière de marques.
Evitez d’utiliser des pots ou des seaux de moins de 20L car les racines de la plante auront besoin d’espace pour grandir.

La fibre de coco et d’autres mélanges hors-sol servent de milieu dans lequel les racines peuvent ancrer la plante, sans utiliser le sol réel.
Le coco est recyclé et transformé en fibres naturelles à partir de coques de noix de coco.
Son pH compris entre 6,5 et 7,0 le rend comparable à un sol non fertilisé.
Il draine et garde les racines mieux oxygénées par rapport à de nombreux sols à base de tourbe.
Beaucoup de cultivateurs combinent le coco et le terreau dans un mélange.

Les cultivateurs hydroponiques utilisent de l’eau hautement oxygénée et enrichie en nutriments. Tous les besoins nutritifs de la plante sont fournis par l’eau en ajoutant une solution nutritive. Étant donné que la plante dépense moins d’énergie pour la croissance des racines et la recherche de nutriments, elle peut utiliser plus d’énergie pour la croissance végétative et la floraison.

4- Choisissez un régime nutritif

Il existe deux principaux types d’engrais (nutriments) utilisés pour cultiver du cannabis: organique et chimique.
Les deux types contiennent les nutriments essentiels azote (N), potassium (P) et phosphore (K).
Les adeptes du jardinage biologique croient que les nutriments organiques aident à offrir un goût, une odeur et des effets supérieurs.

Les meilleurs éléments nutritifs pour votre jardin dépendent en partie du type de sol ou de milieu de culture que vous utilisez. Le type de nourriture utilisée pour les plantes a également un impact sur l’acidité du sol, ce qui rend le test de pH important.

Les variations de pH ont un effet énorme sur vos plantes. Le cannabis pousse mieux dans le sol avec un pH compris entre 6,0 et 7. De bons sols en croissance tournent autour de ce niveau.
Lorsque le pH s’écarte de cette plage, les nutriments deviennent moins disponibles pour la plante car ils ne se dissolvent pas aussi bien.
C’est probablement le problème le plus commun rencontré par les débutants qui essaient de cultiver de l’herbe à l’intérieur.

Utilisez l’eau de ruissellement collectée pour mesurer le pH. De nombreux produits sont disponibles pour mesurer et ajuster le niveau du pH.
Des testeurs de pH numériques sont disponibles pour mesurer précisément le niveau.
Des kits de mesure utilisant des gouttes ou des bandes sont également disponibles.

Les installations hydroponiques auront besoin de mélanges d’éléments nutritifs spécialement conçus pour eux.
Les bons cultivateurs hydroponiques vérifient leur pH au moins deux fois par jour et font rapidement des ajustements. Ils poussent pour un pH basique de 6,0, ce qui permet aux plantes de fleurir entre 5,5 et 6,5.

5- Choisissez une variété idéale

La bonne génétique est un facteur crucial lorsque vous cultivez du cannabis en intérieur.
Peu importe combien d’efforts et de soins vous prenez pour cultiver une plante, vous ne pouvez pas dépasser les limites génétiques de ses parents.
Si vous utilisez des graines de mauvaise qualité, l’herbe que vous cultiverez ne sera probablement pas aussi bonne que si vous utilisez des graines de premier plan.

Choisir la meilleure génétique que vous pouvez trouver signifie que votre travail sera payant quand il sera temps de la récolte.
C’est ainsi que le niveau de compétence et de soin que vous exercez peut atteindre son plus haut potentiel lorsque vous cultivez de l’herbe en intérieur.

N’oubliez pas le facteur d’espace vertical, si vous avez des plafonds bas ou que vous ne disposez pas de beaucoup d’espace vertical, une indica sera votre meilleur choix.
Elles ont tendance à être courtes et trapues, ce qui les rend idéaux pour les petits espaces.
Les Sativas, d’autre part, peuvent devenir assez grandes montant parfois jusqu’à 2,5 mètres.
Vous pouvez les cultiver dans de petits espaces, mais cela exigera de l’entraînement et de les tailler régulièrement.

6- La floraison

Vous devrez laisser votre lumière de croissance pendant 18 à20 heures par jour pendant la phase végétative, qui est la première partie de la vie d’une plante.
En période de floraison, la plante aura besoin de 12H de lumière et de 12H d’obscurité.

Investissez dans une minuterie pour programmer vos plages horaires.
De cette façon, vous pouvez être sûr que les lumières sont éteintes et rallumées aux moments précis.

Selon la graine que vous avez choisi, le processus de floraison peut prendre de 6 à 12 semaines (la plupart prennent 8 ou 9 semaines).

Dans les prochaines étapes nous allons voir comment aborder le processus de récolte.
Vous avez passé des mois à choyer vos plantes, il va être le temps de passer à la phase tant attendue, la récolte !
A ce stade, ce n’est plus le moment d’échouer, la question qui se pose est: quel est le moment idéal pour récolter ?

Ne devenez pas trop dépendant des temps de floraison estimés.
Si vous avez déjà acheté des graines, vous avez probablement lu des directives générales telles que «indica: récolte après huit semaines de floraison» ou «sativa: récolte après 10 semaines de floraison».
Bien que largement utiles, ces directives ne doivent pas être interprétées comme des indications strictes.

Pour connaître le meilleur moment pour récolter du cannabis, vous devrez être plus intelligent que cela.
Vous devrez utiliser vos pouvoirs d’observation. Rassurez-vous, ce n’est pas une mauvaise chose, ou une tâche onéreuse.
Il existe deux méthodes principales pour déterminer la maturité des bourgeons.
Idéalement, vous devriez utiliser les deux méthodes pour déterminer la maturité des bourgeons au moment de décider quand récolter votre plante en pot.

Récolter avec la méthode du pistil

Les pistils sont les longs poils blancs où poussent des fleurs de marijuana. Ils commencent blanc laiteux sur une jeune plante femelle. Lorsque la période de floraison progresse, ils commencent à changer de couleur.
De plus en plus de poils deviennent orange, puis rouge foncé ou brun.

Quand environ les trois quarts des pistils sont devenus rouges et que les calices d’où ils ont germé ont grossi, il est temps de les récolter. (Certaines variétés de cannabis le font à des périodes différentes)

Les récoltes antérieures donnent aux bourgeons résultants un effet stimulant plus « high ».
Une récolte à maturité maximale donnera la plus grande puissance.

Récolter avec la méthode trichome

La deuxième méthode, plus exacte, pour déterminer la maturité des fleurs consiste à examiner les trichomes.
Vous aurez besoin d’une loupe pour une visualisation détaillée.

Les trichomes sont les minuscules glandes ressemblant à des tiges qui poussent dans les calices des graines.
Les glandes ont une boule ronde de résine sur le dessus qui est la bonne chose.
Les trichomes apparaissent également partout ailleurs, quoique en plus petit nombre, sur toutes les parties aériennes de la plante, mais les trichomes floraux sont ceux qui nous intéressent ici.

Les trichomes sont les glandes résineuses de la plante de cannabis.
Le THC et tous les autres cannabinoïdes sont produits ici. Les trichomes commencent dans les jeunes fleurs, puis deviennent laiteux puis ambrés.

De nombreux cultivateurs conviennent que lorsque la moitié de vos trichomes sont devenus troubles, c’est le moment idéal pour récolter.
Attendre trop longtemps peut réduire la puissance; les trichomes ambrés peuvent indiquer une dégradation des cannabinoïdes.
Selon la plupart des cultivateurs, les trichomes ambrés donnent résultats plus « léthargiques » qu’avec des trichomes plus clairs. C’est parce qu’une partie du THC s’est dégradée en cannabinol.

Soyez prêt pour la récolte

Au-delà de s’assurer que c’est le bon moment pour récolter, il est important d’être prêt le moment venu.
De nombreux cultivateurs estiment qu’il est important de «purger» les plantes pendant les dernières semaines avant la récolte. Cela signifie simplement utiliser de l’eau pure plutôt que de donner plus d’engrais ou de nourriture à vos plantes au cours des deux dernières semaines.

Ayez un plan clair à l’esprit avant la récolte. Si vous cultivez dans une zone où votre législation vous interdit de cultiver du cannabis, vous devrez penser à transporter les plantes récoltées à l’endroit où vous allez les sécher et les traiter.
Bien que cela puisse sembler évident, assurez-vous que votre salle de séchage soit opérationnelle avant de récolter les plantes.
A vous de jouer maintenant !

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.

Abonnez-vous

Recevez chaque semaine les derniers articles du blog.

Share this post